A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Une répartition déséquilibrée des emplois entre hommes et femmes

femme en emploi de bureauPrésentes à 74,9 % dans le secteur de l’éducation-santé-action sociale, mais seulement à 9,1 % dans la construction, les femmes demeurent souvent cantonnées aux métiers « dits féminins »

La participation des femmes au marché du travail ne cesse d’augmenter. Elle approche désormais la parité : 46,9 % des travailleurs sont… des travailleuses. En 2002, elles représentaient 45 % de l’ensemble. Toutefois, les femmes n’occupent pas les mêmes emplois que les hommes, ni dans les mêmes secteurs.

Les femmes sont sur-représentées dans les professions incarnant les « vertus féminines » (communication, services à la personne) et de niveau hiérarchique souvent limité : employées, professions intermédiaires de la santé et du travail social, instituteur/trices et professeur(e)s. Elles sont par contre toujours peu nombreuses dans les professions incarnant les « vertus viriles » (force et technicité) ou dans celles hiérarchiquement élevées : ouvrier(e)s, chauffeur(e)s, policier(e)s, militaires, chefs d’entreprise, ingénieurs et cadres techniques d’entreprise.

De même, la présence de femmes varie selon les secteurs d’activité : largement majoritaires, à 74,9 %, dans le secteur de l’éducation-santé-action sociale, des services aux particuliers et dans une moindre mesure dans les activités financières, immobilières, les services ou l’administration, elles se raréfient dans les industries, l’énergie ou les transports et les femmes ne sont plus que 9,1 % dans la construction.

L’évolution de la situation entre 2002 et 2007 nous permet de constater deux mouvements différents : les femmes, de plus en plus diplômées, sont davantage présentes dans les postes de cadres, où leur progression est la plus forte (+ 8 points dans la fonction publique et + 6,6 points dans le privé). Mais par rapport aux secteurs d’activité, on observe plutôt une concentration accrue des femmes dans les secteurs déjà très féminisés et une diminution dans ceux où elles étaient déjà peu présentes. La variation entre 2002 et 2007 est de + 2,5 points dans le secteur de l’éducation-santé-secteur social, tandis qu’elle est de – 2,1 points dans le domaine de l’énergie.

inegalites_graph

ÉVOLUTION DE LA PRÉSENCE DE FEMMES PAR CATÉGORIE SOCIO-PROFESSIONNELLE
  Femmesen % / 2002 Femmesen % / 2007 Variation
Agriculteurs 32,2 29,7 -2,5
Artisans 23,4 20,4 -3,0
Commerçants et assimilés 39,2 37,5 -1,7
Chefs d’entreprise de 10 salariés ou plus 16,7 19,9 3,2
 
Cadres et professions intellectuelles 34,0 37,6 3,6
– Professions libérales 35,6 38,9 3,3
– Cadres de la fonction publique 35,8 43,8 8.0
– Professeurs, professions scientifiques 51,9 54,4 2,5
– Professions de l’information, des arts et spectacles 42,5 44,3 1,8
– Cadres administratifs et commerciaux d’entreprise 34,7 41,3 6,6
– Ingénieurs, cadres techniques d’entreprise 15,5 17,8 2,3
 
Professions intermédiaires 47,8 49,7 1,9
– Instituteurs et assimilés 66,4 67,7 1,3
– Professions intermédiaires de la santé et travail social 76,6 78,2 1,6
– Professions intermédiaires administratives de la fonction publique 57,6 57,0 -0,6
– Professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises 51,7 54,3 2,6
– Techniciens 12,3 13,7 1,4
– Contremaîtres, agents de maîtrise 9,3 12,2 2,9
 
Employés 76,6 77,2 0,6
– Employés civils, agents de services de la fonction publique 78,0 80,2 2,2
– Employés de commerce 75,9 77 1,1
– Policiers et militaires 10,0 16,5 6,5
– Employés administratifs des entreprises 81,9 83,6 1,7
– Personnels des services directs aux particuliers 87,9 86 -1,9
 
Ouvriers 18,5 17,3 -1,2
– Ouvriers qualifiés de type industriel 14,1 16,4 2,3
– Ouvriers qualifiés de type artisanal 8,8 8,3 -0,5
– Chauffeurs 6 8,1 2,1
– Ouvriers qualifiés de la manutention, du magasinage et du transport 10,0 10,3 0,3
– Ouvriers non qualifiés de type industriel 34,2 32,0 -2,2
– Ouvriers non-qualifiés de type artisanal 34,9 25,0 -9,9
– Ouvriers agricoles 23,7 30,7 7,0
 
Total 45,0 46,9 1,9
Source : Insee enquêtes emploi en continu 2007 et 2002
ÉVOLUTION DE LA PRÉSENCE DE FEMMES SELON LE SECTEUR D’ACTIVITÉ
  Femmesen % / 2002 Femmesen % / 2007 Variation
Agriculture, sylviculture et pêche 30,1 29,4 -0,7
Industries agricoles et alimentaires 39,6 41,2 1,6
Industries des biens de consommation 45,1 48,2 3,1
Industrie automobile 17,1 16,2 -0,9
Industries des biens d’équipement 19,8 17,9 -1,9
Industries des biens intermédiaires 23,4 26,0 2,6
Energie 22,0 19,9 -2,1
Construction 9,3 9,1 -0,2
Commerce et réparations 45,5 45,8 0,3
Transports 22,9 23,5 0,6
Activités financières 53,2 58,9 5,7
Activités immobilières 54,8 56,5 1,7
Services aux entreprises 40,8 40,9 0,1
Services aux particuliers 60,9 61,9 1
Education, santé, action sociale 72,4 74,9 2,5
Administrations 51,6 52,6 1
 
Total 45,0 46,9 1,9
Source : Insee enquêtes emploi en continu 2007 et 2002


inegalites.fr Article publié initialement par l’observatoire des inégalités. Reproduit avec son aimable autorisation.

2 comments to Une répartition déséquilibrée des emplois entre hommes et femmes

  • Max

    édifiant ! On peut se demande si elles ne vont pas être plus victime de la crise que les hommes ?
    Moi je bosse dans une équipe de manuetntionnaires depuis 15 ans, je peux vous dire que lorsque la premère femme est arrivée sur un fenwick on s’est bien marré. Après on l’a prise en grippe parce que le chef la citait en exemple vu qu’el fait moins d’accident que nous, et il en a fait trop pour nous la faire acepter. Mais comme elle étais cool et maintenant qu’on la connait ca se passe bien. et meme, l’équipe est plus agréable, elles sont 2 filels maintenant. on s’haabitue à tout ! pourquoi pas aux efmmes !
    merci à vous
    Max