A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

30 000 femmes dans le BTP d’ici 2009

interview

Denis Morel – Président de la FFBTP, Territoire de Belfort – répond à nos questions sur cette drôle d’idée de vouloir intégrer des femmes en grand nombre dans un secteur « d’hommes »…


• 30 000 femmes dans le BTP d’ici 2009 c’est ambitieux, comment est intervenue cette révolution culturelle ?

Effectivement, il y a 20 ans cela était inconcevable de voir une femme sur les chantiers. Mais les mentalités ont évolué, les femmes aussi, elles ont des responsabilités et s’affirment, ce sont des pointures !

La volonté de féminiser la profession est venue du président de la FFB, Christian Baffy, conscient qu’on ne peut se passer des talents de 50% de nos concitoyens, convaincu que tous les métiers du BTP sont ouverts aux femmes. Certes, il y a encore des réticences, mais les hommes ont désormais pris l’habitude de voir des femmes sur des chantiers. La féminisation du secteur se fera en douceur.

• Quels postes occupent les femmes ?

On les retrouve plus sur la partie administrative (secrétariat, comptabilité) et technique, comme collaboratrice sur les réceptions et suivis de chantier, et sur les achats de matériaux. Elles sont pertinentes et sont respectées. Sur les chantiers, elles sont davantage dans le second œuvre (peinture, ameublement) et dans le technique (électricité, climatisation).

Mais on trouve aussi des femmes charpentières, conductrices d’engin. Enfin, au sein de la FFB, il existe un groupe de femmes cheffes d’entreprise.

• Quels sont précisément les besoins en main d’œuvre actuellement ?

Il y a suffisamment de plaquistes, de tailleurs de pierre, de peintres en bâtiment et de charpentiers.

En revanche les électriciens, les chauffagistes et les plombiers sont très demandés, tout ce qui touche au génie climatique a une ouverture de marché phénoménale.

Quant aux couvreurs zingueurs, c’est un métier en voie de disparition. Pour les TP, on a besoin de conducteurs d’engin et de borduriers.

• Comment sensibiliser et attirer davantage de  femmes et de jeunes filles ?

En collaboration avec l’éducation nationale, nous organisons des journées découvertes des métiers du BTP dans les lycées et les collèges. On déplace des engins, les professionnels parlent de leur métier. Nous avons aussi des journées portes ouvertes, « les coulisses du bâtiment ». On va ouvrir des chantiers aux femmes c’est certain, mais il faut aussi qu’elles en aient l’envie, car elles n’y pensent pas toujours.

Les commentaires sont fermés.