A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Philippe Gentit, infirmier !

infirmier !
>> Pourquoi et comment avez-vous choisi ce métier ?
Ma mère était infirmière. C’est pour cette raison que j’avais eu l’idée de postuler à l’hôpital après mon bac.

Après un bac G2, j’ai envoyé mon CV à l’hôpital pour travailler en comptabilité. On m’a proposé un poste de brancardier que j’ai occupé pendant 2 ans. Puis j’ai fait l’école d’aide soignant en 2 ans et l’école d’infirmier de 1987 à 1990.

Après l’obtention du diplôme d’infirmier, 3 ans d’expérience en hôpital ou clinique sont obligatoires. J’ai travaillé à l’hôpital jusqu’en 1995 et  je me suis associé avec un collègue qui était déjà installé. Cela fait 14 ans que je travaille en libéral.

mgentit-28-05-09-sc-31>> Pensez-vous que votre métier soit féminin ?  Pourquoi ?
Aux personnes qui pensent que c’est un métier de femme, je leur dirais qu’il faudrait venir faire un stage, venir voir. Il n’y a pas de métier d’homme ou de femme. Les gens s’habituent à voir des hommes infirmiers, c’est rentré dans les mœurs.
Si des jeunes veulent devenir infirmiers, s’ils en ont la motivation, il faut vraiment y aller. C’est un très beau métier, on peut faire plein de choses avec un seul diplôme.
Avec les patients également. Avec les femmes âgées, ou pour des raisons de confession religieuse, c’était parfois difficile au départ, j’ai essuyé certains refus. C’est gênant les premières fois. Mais on trouve toujours des solutions, il y a toujours des collègues femmes pour prendre le relais.

>> Les hommes ont-ils leur place dans ce métier ?
A l’école d’aide soignant j’étais le seul garçon de ma promo. A l’école d’infirmières, nous étions 3 garçons en première année, puis je me suis retrouvé seul en 2ème année. Aujourd’hui dans chaque promo d’école d’infirmières il y a de plus en plus d’hommes. Mais il y en a très peu qui exercent  en libéral.
J’ai pris l’habitude de travailler avec les femmes avec mon travail à l’hôpital (brancardier, aide soignant puis infirmier). Cela se passait bien.

>> Qu’apporte selon vous la mixité dans votre métier ?
Comme dans tous les métiers la mixité est un avantage, ça apporte quelque chose, un plus, une meilleure ambiance, c’est enrichissant. Qu’on soit homme ou femme, on aborde le métier et on l’exerce de la même façon.

>> Quels stéréotypes et idée reçues attachées à votre métier aimeriez-vous démentir ?
Souvent on me prend pour le docteur si je suis avec un médecin femme !  J’interviens aussi à la maison d’arrêt où le médecin est une femme. Systématiquement ils m’appellent docteur, toubib bien que je leur dise que je suis infirmier et non médecin.

>> Qu’aimez-vous particulièrement dans votre métier ?
J’aime particulièrement le contact avec les gens, il faut du tact, de la patience avec les personnes car on ne travaille pas avec des machines mais avec des humains et ce sont souvent des personnes malades. Il faut bien expliquer aux patients ce qu’on va leur faire car souvent ce sont des gestes intrusifs douloureux (piqûre) d’où l’importance de leur expliquer.
Les compétences on les acquiert à l’école. Dans la pratique, il faut être bien organisé, bien planifié ses soins pour ne rien oublier. Certes, on peut toujours se tromper mais il faut être rigoureux car on travaille avec des personnes humaines.
C’est un métier très varié, on peut travailler avec des enfants, des nourrissons, des personnes âgées, le SAMU, en réanimation, au bloc opératoire, en cardiologie : dans tous les services. Pour ma part, j’ai travaillé aux urgences, au SAMU et au bloc opératoire. Mais on peut également travailler en entreprise, dans l’administration, dans l’armée, la marine etc.infirmier

Ce métier exige de la disponibilité: il faut être disponible physiquement (amplitude horaire) et moralement, on a des cas difficiles, des gens bien malades. Il faut faire face aux décès des patients, aux maladies des jeunes enfants ou de jeunes adultes.

C’est un métier à part entière, il faut savoir s’investir, ne pas trop prendre à cœur, savoir prendre du recul, car c’est un métier où on côtoie la mort.

>> Pourquoi avez-vous choisi d’exercer en libéral ? Quelles sont les différences ?
Quand on est libéral et qu’on travaille à domicile, la difficulté est qu’on est tout seul. L’amplitude horaire est plus importante en libéral qu’à l’hôpital. On travaille plus le matin et le soir après cela dépend des pathologies (avant les repas ou pas), on travaille également le week-end.
Pour ce qui est de mon passage en libéral, un collègue avait besoin d’un associé et j’avais envie de changer après 4 ans de bloc opératoire. L’avantage de travailler en libéral réside dans le fait que ce soit plus varié, on fait énormément de soins différents, car il y a de plus en plus d’hospitalisations à domicile (dialyse, chimiothérapie).

C’est également plus intéressant au niveau salaire mais on travaille plus (pas les 35 heures comme à l’hôpital). On a plus grande amplitude horaire de travail,  plus toute la paperasse à remplir, la comptabilité à faire (finalement j’en fais quand même un peu).

Je n’envisage pas de changer pour l’instant. Cela fait 14 ans que je suis en libéral et ça me plait toujours autant.

4 comments to Philippe Gentit, infirmier !

  • bruyat

    je veux farie une formatio pour péparation concour de brancardier j’ ai fait un stage dans les brancardier clinque de la miotte belfort j’ ai un diplome afps je veux passe un diplome afcpsam pour etre une ambulancére

  • combes

    cadre de santé en IFSI, je fais actuellement 1 Master en science de l’éduc.Nous avons 1 travail à faire sur le rôle du « genre » (féminin-masculin). Auriez vous quelque situations,anecdotes de soins, à nous relater, concernant votre place d’homme dans 1 métier réputé féminin. Merci
    Claire Combes

  • Sylvaine

    Cher Karim,

    Dans toutes les villes non, mais proche de chez vous probablement, en général dans les villes où il y a un centre hospitalier.

    Vous pouvez consulter une carte des IFSI ici : http://www.infirmiers.com/concours-ifsi/concours-ifsi/liste-ifsi.html

    Un IFSI est un « institut de formation en soins infirmiers », plus connu sous le nom de « école d’infirmière ».

    On entre dans ces instituts en passant un concours et il faut avoir plus de 17 ans et avoir le bac.
    Le diplôme préparé est le « Diplôme d’État d’Infirmier » qui est nécessaire pour exercer la profession d’infirmier. Il reconnu dans tous les pays de l’Union Européenne.

    Alors messieurs lancez-vous et bon courage !

  • Karim

    En v’la un beau métier!
    Il y a des écoles d’inf’ dans ttes les villes?